Votre contact: Heilpraktikerin Claudia Susanne Schwarz
+49 178 40 77 436

Références

Votre interlocuteur

LocatorYour partner

Heilpraktikerin Claudia Susanne Schwarz
+49 178 40 77 436
claudia.schwarz@bemermail.com

Guérison rapide d'élongations grâce à BEMER

Zerrungen

La Thérapie vasculaire physique BEMER peut uniquement contrer une microcirculation perturbée dans un cadre limité.

Mais comment fonctionne cette thérapie vasculaire ?

À l'aide de signaux de stimulation transmis de manière électromagnétique, le mouvement de pompage des plus petits vaisseaux sanguins est stimulé. L'afflux sanguin dans la zone de ces vaisseaux sanguins peut ainsi être normalisé (stimulus et réponse), et les cellules du corps sont mieux approvisionnées. Ainsi, grâce à l'utilisation de la Thérapie vasculaire physique BEMER, il est possible de raccourcir considérablement la « durée douloureuse » d'élongations. Les sportifs, en particulier, apprécient la Thérapie vasculaire physique BEMER, non seulement en ce qui concerne les processus de guérison plus rapides lors d'élongations, d'entorses, de déchirures musculaires, de ruptures de ligaments, mais aussi pour prévenir ces blessures. Grâce à la Thérapie vasculaire physique BEMER, l’irrigation adéquate des plus petits vaisseaux permet d’écourter les phases d’échauffement et de refroidissement et d’accélérer la régénération. Ainsi, des unités d'entraînement plus efficaces deviennent possibles. En outre, cela permet de réparer instantanément les micro-blessures et donc de prévenir les plus grosses blessures qu’elles auraient pu provoquer, ce qui est utile non seulement aux sportifs, mais également pour le quotidien des personnes qui ne pratiquent pas de sport. Il n'est certes pas possible d'éviter une élongation grâce à la Thérapie vasculaire physique BEMER, mais celle-ci permet de raccourcir considérablement le processus de guérison. Il ne faut pas non plus oublier que les champs d'application de la Thérapie vasculaire physique BEMER regroupent non seulement l'activation des forces d'auto-guérison, mais de nombreux autres domaines. Par exemple : le renforcement des réactions immunitaires, l'optimisation des performances mentales, l'influence positive sur le bien-être général,
la santé et le sommeil, le renforcement de la capacité de réaction, un traitement complémentaire en cas de maladie, etc. Au total, la Thérapie vasculaire physique BEMER entraîne donc une amélioration considérable de la qualité de vie. Et c'est une chose
particulièrement importante, surtout dans notre société de performance actuelle et par rapport aux nombreux facteurs privés entrant en compte. Une preuve de l'efficacité de la Thérapie vasculaire physique BEMER est apportée rien que par le fait que
durant les 15 dernières années, 46 publications et une série d'études listées dans PubMed ont été faites.
Celles-ci montrent que l'on peut attribuer à la thérapie BEMER un effet protecteur et prophylactique.

Pour en savoir plus

Vos coordonnées

À propos du strain trauma

Que faire en cas d'élongation ?

C'est vite arrivé : les élongations font malheureusement partie de notre quotidien. Que ce soit en faisant du sport (où les élongations sont particulièrement fréquentes), en se tordant un membre en se baladant ou un faisant son jogging, ou encore en raison d'une sollicitation manuelle trop importante : une élongation peut survenir rapidement. Même chez soi, on peut se blesser (par exemple en lavant les fenêtres). Les conséquences sont des douleurs, des hématomes et des gonflements. Afin d'y remédier, il faut agir rapidement. Mais tout d'abord, intéressons-nous aux élongations : les élongations sont des blessures de l'appareil locomoteur ou plutôt des muscles et des ligaments. Toute élongation est due à un allongement excessif. Cependant, contrairement aux déchirures musculaires ou aux ruptures des ligaments, le tissu n'est pas tendu jusqu'à la limite qu'il supporte, mais reste en grande partie intact. Mais généralement, on constate des blessures minimes du tissu et des vaisseaux sanguins. En médecine, on parle alors de microtraumatismes. À la suite de ces blessures, on constate un gonflement, car le sang sort des vaisseaux pour parvenir dans les tissus qui les entourent. Le gonflement appuie sur les nerfs et engendre ainsi la douleur. Souvent, ce ne sont que d'apparentes blessures bénignes, mais celles-ci peuvent également entraîner un handicap plus long. Les sportifs, en particulier, « connaissent la chanson ». Mais les élongations peuvent également être très désagréables pour les personnes dont le travail exige une activité physique. Pour les élongations, on peut fondamentalement différencier les élongations des ligaments et les élongations musculaires. Une élongation des ligaments est la conséquence d'un étirement excessif d'un tendon ou de l'appareil ligamentaire dans une articulation. Cependant, contrairement à une rupture des ligaments, les ligaments conservent leur fonction de direction et de stabilisation. Une élongation musculaire survient lorsque les plus petites parties d'un muscle (ce qu'on appelle les sarcomes) sont blessées. Généralement, la cause est un mouvement trop fort, souvent dans la région du pied, du mollet, de la cuisse et du bras. Pour la personne touchée par l'élongation, cette différenciation ne change d'abord pas grand chose, car lors d'une élongation, les douleurs disparaissent rapidement. Des hématomes, gonflements, ainsi que des douleurs lors de la tension musculaire et des mouvements sont caractéristiques. On remarque également une diminution de la douleur lorsque la partie concernée du corps n'est pas sollicitée ou est ménagée. Mais dès que le muscle est à nouveau sollicité, la douleur due à l'élongation se remarque à nouveau. Généralement, les douleurs sont ressenties comme des crampes et des étirements. Il est donc important d'agir rapidement. Il peut être utile de suivre la « règle RGCE » bien connue des sportifs.

« Règle RGCE » lors d'élongations

En cas d'élongation, la « règle RGCE » décrit les différentes étapes à suivre : R pour repos, G pour glace, C pour compression et E pour élévation. Il faut que la personne concernée stoppe son activité et qu'elle fasse une pause. Ensuite, il faut commencer à refroidir les gonflements et/ou les hématomes, si possible avec une poche de glace, un sac réfrigérant ou alors avec de l'eau froide. Ensuite, il faut appliquer une compression, c'est à dire un bandage, afin d'empêcher la propagation du gonflement. Ensuite, avec l'élévation de la partie du corps concernée par l'élongation, on diminue l'afflux sanguin et on permet que le liquide qui se soit échappé dans les tissus soit plus rapidement évacué. Cependant, il reste fortement recommandé de faire appel à un médecin. En effet, une personne inexpérimentée ne peut souvent pas différencier une élongation d'une rupture des ligaments. Mais s'il ne s'agit vraiment « que » d'une élongation, alors ici aussi, il faut s'armer de patience et laisser à la nature le soin de procéder à la guérison. Cependant, cette guérison peut être raccourcie si les mécanismes d'auto-guérison et de réparation du corps peuvent être assistés.

Mécanismes d'auto-guérison et de réparation du corps

Les remarquables processus d'auto-guérison et de réparation du corps peuvent à tout moment garantir le meilleur fonctionnement possible de notre organisme. En cas d'une sollicitation trop importante de ces processus de régulation (par exemple également lors d'une élongation), il est normal que le corps tente lui-même de réparer les fonctionnements incorrects ayant eu lieu. Les processus d'auto-guérison agissent ainsi sur la cicatrisation par la dissolution et l'évacuation des tissus détruits par des blessures. Afin d'assister efficacement ces mécanismes des processus d'auto-guérison du corps, lors de processus régénératifs, et donc également lors d'élongations, la favorisation ou la reconstitution d'une bonne microcirculation constituent une nécessité primordiale. La microcirculation revêt une signification importante pour l'organisme. Ses tâches sont donc variées. La microcirculation a des répercussions sur la pression sanguine, favorise l'échange de chaleur et transporte l'oxygène et les substances nutritives vers les cellules. Ensuite, les toxines et les fibres sont évacuées des cellules. Il faut savoir que l'organisme humain est constitué d'environ 80 à 100 billions de cellules. Afin d'atteindre celles-ci, le sang doit constamment circuler dans notre corps. En raison de la pression qui est produite par le cœur, le sang est transporté vers les artères. Celles-ci se ramifient et deviennent de plus en plus fines et petites. Leur coupe transversale diminue donc progressivement. Au final, le sang atteint alors les capillaires, les plus petits vaisseaux sanguins de notre corps. C'est justement cette zone, ainsi que les parties situées avant et après les capillaires que l'on nomme microcirculation. Une bonne microcirculation est très importante pour un bon approvisionnement et une bonne évacuation des cellules tissulaires grâce à une amélioration de la circulation sanguine. Une bonne circulation sanguine améliore l'approvisionnement en substances nutritives du tissu concerné, participe à la baisse de l'inflammation et peut ainsi favoriser significativement les processus de guérison, notamment en cas d'élongation. La microcirculation peut être favorisée par une assistance médicotechnique, comme par exemple celle de la Thérapie vasculaire physique BEMER.