Votre contact: Heilpraktikerin Claudia Susanne Schwarz
+49 178 40 77 436

Références

Votre interlocuteur

LocatorYour partner

Heilpraktikerin Claudia Susanne Schwarz
+49 178 40 77 436
claudia.schwarz@bemermail.com

Application de la thérapie vasculaire en cas de fracture

Knochenbrueche

La Thérapie vasculaire physique BEMER peut être considérée comme une avancée significative dans le domaine de la thérapie vasculaire physique. Cette thérapie vasculaire active les forces d'auto-guérison et favorise ainsi la guérison de plaies et de blessures,
notamment de celles entraînées par des fractures. De plus, les processus de régénération de l'organisme sont favorisés. La thérapie vasculaire physique BEMER repose sur une structure de signaux pluridimensionnels qui stimule efficacement une microcirculation limitée ou perturbée. Cela favorise les principaux mécanismes de régulation du corps nécessaires à la prévention, aux processus de guérison et de régénération. Ainsi, la thérapie BEMER par champ électromagnétique entraîne sans aucun doute une amélioration de la microcirculation. Ceci est également prouvé par une série d'études qui ont apporté la preuve scientifique du fonctionnement de la thérapie BEMER. Les résultats des analyses
prouvent l'efficacité protective et prophylactique de la thérapie BEMER. Il a également été prouvé que dans le domaine de la cicatrisation,
par exemple en cas de fracture, la thérapie avait une influence positive et contribuait à la régénération. Selon l'état actuel de la science médicotechnique, aucune autre option thérapeutique physique prouvée n'est aussi efficace que la Thérapie vasculaire physique BEMER afin de traiter les perturbations de la microcirculation. Pour résumer, on peut dire que la Thérapie vasculaire physique BEMER permet une guérison plus rapide des fractures.

Pour en savoir plus

Vos coordonnées

À propos des fractures

Fractures

Les fractures sont non seulement désagréables et accompagnées de douleurs, mais surviennent généralement de manière surprenante, par exemple lors d'un accident de la circulation, en faisant du sport, lors d'une chute, de collisions, en cas de violences, lors d'une flexion trop importante ou en raison de la fatigue, par exemple après une longue marche à pieds. Selon les estimations, en Allemagne, presque la moitié des hommes et quasiment un tiers des femmes entre 25 et 74 ans ont déjà vécu une fracture au moins une fois dans leur vie. La fracture est le bris de l'os. Le nombre de fractures est particulièrement élevé chez les femmes de plus de 65 ans. Cela est dû en particulier aux fractures entraînées par l'ostéoporose. L'ostéoporose, également appelée « fragilité osseuse », est une maladie qui entraîne une perte croissante de la masse osseuse et par conséquent une perte de la stabilité osseuse, induisant souvent une fracture. En plus de l'ostéoporose, il existe d'autres maladies osseuses typiques, comme par exemple le rachitisme, la scoliose et ce qu'on appelle la maladie des os de verre. Si les tissus sont par exemple affaiblis par l'ostéoporose, des blessures bénignes peuvent éventuellement entraîner des fractures. La maladie des os de verre est une maladie héréditaire durant laquelle les os ne sont pas formés complètement. Le risque de souffrir d'une fracture est donc particulièrement élevé. Souvent, les fractures elles-mêmes sont accompagnées par d'autres blessures qui touchent les vaisseaux voisins et les nerfs.

Construction osseuse

Il est peu probable qu'une fracture survienne sans action extérieure ou sans maladie des os. Même si les os des humains ne représentent qu'environ douze pourcent de son poids (ainsi, les os d'une personne pesant 50 kilogrammes pèsent environ dix kilogrammes), ils sont deux fois plus durs que le granit. La nature a bien prévu cela, car les os servent à la stabilisation et à la protection des organes internes. Pour cela, la base est constituée par le squelette, formé d'un grand nombre d'os. Lors de la naissance, ce squelette est constitué de plus de 300 os ou cartilages. Durant la croissance et le développement, certains os fusionnent, deviennent plus stables, plus résistants et renforcent ainsi le squelette humain. Généralement, une personne adulte dispose de 206 os dont la moitié se trouvent dans les mains et les pieds. Les os sont constitués d'une part importante d'eau (25 pourcent), ainsi que de tissus organiques et de minéraux anorganiques, notamment le calcium (qui confère aux os leur résistance), le magnésium et le phosphore. On retrouve de faible quantités dans le potassium, le fer, le sodium, le fluor et le chlorure. La base interne des os est enrobée d'une masse osseuse compacte qui entoure le périoste comme un revêtement extérieur. Celui-ci contient des cellules spéciales (ostéoblastes), à partir desquelles de nouvelles cellules osseuses se forment. Celles-ci contribuent à la croissance et à la régénération des os. Dans les cavités des grands os de la colonne vertébrale, on trouve la moelle osseuse, dans laquelle jusqu'à cinq milliards de globules se forment chaque jour. Ce tissu gras produit des globules rouges, différentes plaquettes sanguins et des leucocytes (globules blancs). Si l'on observe l'ensemble des fonctions des os, il n'est guère surprenant que les fractures deviennent rapidement problématiques. Cependant, avant de s'intéresser au traitement des fractures et aux mesures de réhabilitation l'accompagnant, il faut tout d'abord découvrir les différents types de fractures.

Types de fractures

Dans l'ensemble, les fractures peuvent être réparties comme suit (sans prétendre à exhaustivité de cette liste): * fracture transversale, * fracture oblique, * fracture spirale, * fracture éclatée, * fracture de compression. Lors d'une fracture transversale, il s'agit d'une fracture simple et transversale. Une telle fracture apparait souvent en raison de l'application d'une force sur l'extrémité fixe. Les tacles sur le tibia au football constituent l'une des causes typiques d'une fracture transversale. Une fracture oblique est comparable à une fracture transversale, mais avec une force oblique avec pour conséquence une ligne de fracture oblique. Une fracture spirale se distingue par une ligne de fracture en forme de spirale, apparaissant en raison d'une violence indirecte ayant pour conséquence une rotation de l'extrémité fixe. Les accidents de ski alpin en sont une illustration parfaite. Les fractures éclatées apparaissent au niveau de l'os crânien. Généralement, il s'agit d'une influence d'une force extérieure. Ces fractures se distinguent par des lignes de fracture en forme d'étoiles, avec également souvent l'incrustation de fragments. Les fractures par compression apparaissent en raison d'une influence d'une force sur le côté longitudinal d'un os. Les chutes depuis une hauteur élevée constituent une cause typique d'une fracture par compression. Dans cette liste des fractures, il faut également évoquer les fractures comminutives. On parle d'une telle fracture en cas de fractures multiples d'un os, lorsque plus de six fragments osseux peuvent être identifiés sur les radios. Les fractures du poignet, du pied et des orteils, mais également les fractures des articulations de la cheville, de la clavicule et de la tête humérale sont les plus fréquentes. Avec l'âge, des fractures de la colonne vertébrale ou de la hanche peuvent également survenir. Les fractures du bassin sont particulièrement désagréables. On appelle ainsi une fracture de parties osseuses du bassin. Si le bassin est fracturé, il peut également y avoir blessure des organes internes, de la vessie ou de l'urètre. Une fracture de la colonne vertébrale entraîne un grand danger en ce qui concerne la guérison. Lors d'une fracture de la colonne vertébrale, des vertèbres sont refoulés et brisés. Les fractures peuvent rester sans symptômes graves lorsque les fragments osseux ne se décalent pas (dans ce cas, on parle de fracture stable). Dans le cas contraire, selon la gravité de la blessure, des symptômes neurologiques, comme par exemple des troubles sensoriels ou même une paraplégie peuvent apparaître. Pour toutes les fractures, il peut s'agir de fractures ouvertes ou fermées. En cas de fracture fermée, il n'y a pas de plaie extérieure, tandis que pour une fracture ouverte, une plaie apparaît dans la région de la fracture. La peau et les muscles sont blessés. En raison de la blessure de la peau, il existe également un risque élevé d'infection. Fréquemment, les fractures accompagnent également d'autres blessures. Ainsi, des vaisseaux et des nerfs voisins peuvent être endommagés par la fracture.

Traitement et guérison rapide lors de fractures

Malgré les douleurs et les désagréments qu'elles causent, les fractures ont tout de même un aspect positif : on peut les guérir. Cependant, il faut tout d'abord décider si un traitement conservatoire (par exemple avec un plâtre) ou un traitement opératoire est préférable. En plus du type de fracture, cela dépendra également de l'os touché, ainsi que des éventuelles maladies et blessures accompagnantes. Cependant, dans les deux cas, il faut que les parties osseuses soient à nouveau ramenées dans la bonne position. Cela a lieu par traction ou pression manuelle. Les os ramenés dans leur position initiale doivent être fixés à l'aide de clous, de fils, de vis ou de plaque métalliques. L'objectif est de garantir une fixation stable des os, afin que ceux-ci puissent fusionner. Selon le type de fracture, la guérison peut être plus ou moins rapide ou lente. Si les deux extrémités fracturés sont proches, elles peuvent fusionner à l'aide du tissu conjonctif, car celui-ci contient des fibres nerveuses, des vaisseaux sanguins et des cellules aptes au développement qui forment de nouveaux morceaux d'os. Dans la zone de la fracture, le corps forme tout d'abord des tissus conjonctifs à partir de caillots sanguins. Ces tissus forment à leur tour des cartilages. Les substances minérales permettent ensuite que le nouveau cartilage durcisse pour devenir un os résistant. Après la première étape de guérison d'une fracture, un processus de réhabilitation débute. Durant celui-ci, il faut maintenir puis entraîner le fonctionnement de la musculature. Pour résumé, on peut dire que lors du traitement et de la guérison de fractures, les principes se nomment : repos, rétention et réhabilitation. Pour cela, les mécanismes d'auto-guérison et de réparation du corps jouent un rôle qu'il ne faut pas négliger. Afin d'assister efficacement ces mécanismes, lors de processus régénératifs, et donc également lors de fractures, la favorisation ou la reconstitution d'une bonne microcirculation constituent une nécessité primordiale. Il s'agit d'un bon approvisionnement et une bonne évacuation des cellules tissulaires en améliorant la circulation sanguine. Une bonne circulation sanguine améliore l'approvisionnement en substances nutritives du tissu concerné, participe à la baisse de l'inflammation et peut ainsi favoriser significativement les processus de guérison. À ce sujet, la Thérapie vasculaire physique BEMER apporte une contribution précieuse.