Votre contact: Heilpraktikerin Claudia Susanne Schwarz
+49 178 40 77 436

Références

Votre interlocuteur

LocatorYour partner

Heilpraktikerin Claudia Susanne Schwarz
+49 178 40 77 436
claudia.schwarz@bemermail.com

Application de la thérapie vasculaire en cas de refroidissement

Erkaeltung

La thérapie vasculaire physique de BEMER favorise l’irrigation des plus petits vaisseaux sanguins et ainsi les processus d’autoguérison et de régénération du corps. Activée par le renforcement des mécanismes de régulation propres au corps, la capacité de réaction naturelle du système immunitaire est favorisée, et les forces d'auto-guérison sont activées, ce qui a une influence positive sur la cicatrisation. De plus en plus de thérapeutes et de médecins utilisent avec réussite la Thérapie vasculaire physique BEMER dans leurs cabinets.

Comment fonctionne la Thérapie vasculaire physique BEMER ?

À l'aide de signaux de stimulation transmis de manière électromagnétique, le mouvement de pompage des plus petits vaisseaux sanguins est stimulé, ce qui permet de normaliser l'afflux sanguin dans cette région. Les cellules du corps profitent du meilleur approvisionnement et cela entraîne l'amélioration de la cicatrisation. De plus, le traitement permet de mettre à disposition de l'énergie pour les performances mentales et physiques,
ce qui contribue à l'augmentation du bien-être général.

Pour en savoir plus

Vos coordonnées

À propos des refroidissements

Météo bruineuse Le prochain refroidissement ne va pas tarder !

Toux, rhume, enrouement : surtout en automne et en hiver, les refroidissements semblent quasiment programmés à l'avance. La météo souvent très humide durant cette période rend le corps plus vulnérable aux attaques des infections sur le système immunitaire, ce qui favorise les refroidissements. Les saisons humides sont du stress à l'état pur pour l'organisme humain. La météo humide affaiblit le corps et ses défenses immunitaires. En raison des séjours fréquents dans des pièces chauffées à l'air sec qui ont lieu durant ces saisons, les muqueuses sont souvent insuffisamment humidifiées et donc moins efficaces pour se défendre face aux agents pathogènes. Conséquences : il est plus facile pour les virus et bactéries de pénétrer dans le corps que lorsque la météo est « saine ». Le terme « refroidissement » signifie certes également froid, mais généralement, ce n'est pas juste le froid qui en est la cause. Des études ont montré que le froid pouvait favoriser les refroidissements, mais que le véritable déclencheur d'un refroidissement était une infection avec des virus. Lors de basses températures, le corps concentre le sang dans son centre, afin de perdre le moins de chaleur possible. Par conséquent, la circulation sanguine est perturbée, en particulier au niveau des mains, des pieds et des muqueuses nasales. Une irrigation sanguine plus faible des muqueuses nasales entraîne la diminution de la quantité de cellules immunitaires et d'anticorps dans cette région. Ainsi, pour les virus (et bactéries) qui pénètrent dans le corps, il est plus simple de s'y installer et de s'y multiplier. Cependant, même si elles surviennent souvent durant ces saisons, les refroidissements n'ont pas lieu uniquement en automne et en hiver. Durant les autres saisons, on n'est pas non plus à l'abri d'un refroidissement. Il n'est donc pas étonnant que les infections en raison de refroidissements constituent les infections les plus fréquentes chez les hommes. Selon les statistiques, les adultes sont atteints de refroidissements environ deux à trois fois par an, tandis que les enfants sont touchés dix fois par an en moyenne. Même si le déroulement d'un refroidissement dépend fortement des cas, le déroulement suivant de la maladie peut être considéré comme typique : souvent, tout débute avec un léger raclement ou des douleurs dans le cou. Peu de temps après, l'enrouement apparaît, le nez coule et la toux survient. De maux de tête sont également fréquents, et l'on se sent souvent fatigué et abattu. La fièvre n'est pas rare et une augmentation de la température du corps devient plus probable. Souvent, les symptômes d'un refroidissement disparaissent après une ou deux semaines (désagréables). Il n'est souvent pas besoin de se rendre chez le médecin, car lorsque le système immunitaire fonctionne correctement, le corps peut combattre un refroidissement tout seul. Cependant, un système immunitaire affaibli rend plus vulnérable. Malheureusement, il n'est pas possible de raccourcir la « durée désagréable » d'un refroidissement avec des médicaments, mais par contre, il est possible d'éviter certains refroidissements en renforçant le système immunitaire, en suivant la devise « il vaut mieux prévenir que guérir ». Une alimentation équilibrée, un sommeil suffisant et beaucoup d'activité, ainsi que la favorisation de l'irrigation sanguine des plus petits vaisseaux sanguins du corps font partie des mesures de prévention possibles. Il est important de savoir qu'en cas de refroidissement, il existe le danger de confusion avec une grippe plus grave (Influenza). En effet, dans les deux cas, des symptômes semblables apparaissent. Cependant, contrairement à un refroidissement, une grippe débute souvent de manière très soudaine et violente, et les symptômes, comme par exemple les maux de tête et des membres, la fièvre, les grelottements et la toux surviennent généralement au même moment. Si de tels signes apparaissent, il est important de consulter immédiatement un médecin. Ceci est particulièrement valable pour les personnes dont le système immunitaire est faible.

Par quoi est déclenché un refroidissement ?

Lors d'un refroidissement, il s'agit d'une infection des voies respiratoires supérieures, également désigné sous le terme médical d'infection grippale. Le refroidissement est déclenché par une infection virale. Cette infection est causée par des virus. En tout, il existe environ 200 différents virus qui peuvent déclencher un refroidissement. Parmi les virus les plus fréquemment responsables de refroidissements, on peut nommer les rhinovirus, les virus respiratoire syncitial (VRS) et les coronavirus. Dans certains cas, une infection supplémentaire est causée par des bactéries (infection bactérienne secondaire ou superinfection). Généralement, l'infection avec des « virus de refroidissement » passe inaperçue. Les virus traversent surtout l'air sous forme de gouttelettes, mais entrent également directement ou indirectement dans l'organisme en raison des contacts avec les malades via les ouvertures nasales. Des agents infectieux ayant été toussés sont inhalés. De plus, les virus peuvent également atteindre le corps par les muqueuses de la bouche, des yeux et du nez via les mains. Les conséquences fréquentes sont des maux de gorge (pharyngite), des rhumes (rhinite), la toux (sinusite) et l'enrouement (dans le cadre d'une laryngite) qui peuvent survenir sous quasiment n'importe quelle combinaison. Les premiers symptômes d'un refroidissement surviennent environ deux à cinq jours après l'infection. Les lieux fréquents d'infection sont tous les emplacements où de nombreuses personnes se retrouvent, comme par exemple les transports publics, les bureaux, les écoles, etc. Il s'agit donc d'éviter au maximum le contact avec les malades, même si ce n'est pas toujours très simple. Dans tous les cas, l'infection est favorisée par un système immunitaire affaibli. Il s'agit donc assister en conséquence le système immunitaire, afin de prévenir un refroidissement.

Comment lutter contre les refroidissements ?

Un système immunitaire affaibli rend plus vulnérable. Il s'agit donc d'assister en conséquence le système immunitaire, afin de prévenir un refroidissement. Qu'est ce que cela signifie ? Le système immunitaire est un réseau complexe qui refoule une grande partie des infections et des nombreuses autres attaques à la santé à l'aide d'un système de défense sophistiqué. Les globules blanc, qu'on appelle leucocytes, font partie de ce mécanisme complexe de défense. Ils se trouvent quasiment dans tout le corps et en cas d'infection ou d'autres atteintes à la santé, ils sont guidés par les protéines d'information ou par les substances médiatrices. La condition d'un système immunitaire fonctionnant bien est un style de vie sain, avec une alimentation saine et équilibrée, ainsi que de nombreuses activités et suffisamment de sommeil. Les personnes qui disposent d'un bon système immunitaire courent un risque moindre d'attraper un refroidissement. Mais une microcirculation fonctionnant bien joue également un rôle important pour le renforcement du système immunitaire. Il s'agit ici de l'irrigation sanguine des plus petits vaisseaux sanguins, les capillaires, ainsi que des régions juste avant et après ces vaisseaux sanguins. Une circulation améliorée au sein de la microcirculation entraîne des meilleures conditions de travail pour les globules blancs. Dans le corps, ceux-ci endossent d'une certaine manière le rôle d'une « police du sang » en le protégeant notamment des infections. À côté de cela, ils ont pour tâche de rendre inoffensives les substances nocives pour l'organisme (ou agents pathogènes), comme par exemple les virus, les bactéries, les cellules tumorales, les toxines, les champignons, les vers et les particules extérieures au corps. Ainsi, une irrigation sanguine satisfaisante de la microcirculation n'est pas uniquement un facteur important pour la santé, mais permet également aux globules blancs d'endosser leurs activités vitales au sein du système immunitaire. Afin de renforcer le système immunitaire, il est possible de l'endurcir grâce à différentes méthodes. Les douches écossaises, la méthode Kneipp ou des visites au sauna constituent quelques exemples. Ces procédés ont une influence positive sur la régulation cardiovasculaire, l'irrigation sanguine de la peau et des organes est améliorée. Ainsi, une quantité accrue de cellules immunitaires atteignent les muqueuses du nez et du pharynx, particulièrement souvent attaqués par les agents pathogènes à l'origine des refroidissements. Mais pour renforcer le système immunitaire, il peut également être utile de stimuler la circulation sanguine grâce à des signaux physiques ciblés. Dans ce domaine, la Thérapie vasculaire physique BEMER a déjà montré qu'elle était d'une grande efficacité. La thérapie vasculaire physique repose sur une structure de signaux pluridimensionnels qui stimule efficacement une microcirculation limitée ou perturbée. Cela favorise les principaux mécanismes de régulation du corps nécessaires à la prévention, aux processus de guérison et de régénération. Grâce à une série d'études scientifiques, il a pu être prouvé que la Thérapie vasculaire physique BEMER permettait non seulement d'éviter une partie des facteurs des refroidissements, mais qu'elle contribuait également à prévenir de nombreuses autres maladies. Cette thérapie vasculaire contribue donc également à favoriser l'amélioration des déroulements des maladies. De plus, la Thérapie vasculaire physique BEMER peut également être utilisée dans le cadre d'un traitement complémentaire. En plus de la diminution de la vulnérabilité aux infections et de l'assistance du système immunitaire, l'augmentation des performances physiques et mentales constitue également un exemple. La Thérapie vasculaire physique BEMER a également obtenu des résultats remarquables pour combattre les maux de dos, les problèmes de sommeil, les maladies liées au stress et la cicatrisation accélérée de petites blessures. Il a également été possible de constater une augmentation des performances sportives. De la même manière, il est également possible de prévenir le diabète et les dysfonctionnements du métabolisme dans le cadre de mesures de santé préventives, et il est possible d'utiliser la thérapie en tant que traitement médical complémentaire pour ces maladies. Un effet utile à de nombreuses personnes lors de l'utilisation de la Thérapie vasculaire physique BEMER est également la diminution de l'absorption des médicaments pour atteindre le minimum nécessaire d'un point de vue médical. Dans le cas d'un refroidissement, il faut rappeler que celui-ci est causé par des virus et que les antibiotiques ne sont donc d'aucune utilité. De toute façon, il n'est pas possible d'accélérer la pathogenèse d'un refroidissement grâce à des médicaments et l'on ne peut qu'atténuer les symptômes. Dans ce cas, il est donc plus utile de ne pas attraper de refroidissement et de se concentrer sur le renforcement du système immunitaire. Et c'est justement à cela que contribue la Thérapie vasculaire physique BEMER, en plus des facteurs déjà évoqués.